Le symptôme du mensonge


Comme une maladie dérangeante et bien connue le mensonge se diagnostique à partir de nombreux symptômes.
Lorsqu’il y a mensonge le non-verbal, l’inconscient de l’individu, retransmet la vérité à l’insu de son émetteur. Le corps ne ment pas.
Un discours, même parfaitement maîtrisé mais mensonger, est trahi par la discordance entre les paroles et les gestes.
Quelqu’un peut sourire malhonnêtement mais une seule partie de son visage jouera le jeu.


Le mensonge peut être révélé par une main sur la bouche, sur le nez ou sur le buste comme pour balayer une gêne que l’on sait grossière et irritante. Il s'agit là de gestes "d'auto-contacts" qui apportent un réconfort au menteur, car ses paroles le mettent dans un état embarrassant. Il éprouve alors inconsciemment la nécessité de se rassurer, de se protéger en se touchant lui même. 
De même une personne ne peut pas être franche en ayant la nuque raidie ou le regard trop fixe. C’est dans ce cas, un mensonge assumé et provocant.
Un autre signe est aussi celui de la variation de la voix. Le menteur a tendance à faire partir sa voix dans les aigus. A ralentir ou à accélérer le rythme de ses paroles.

Le symptôme du mensonge est donc la dissonance entre non-verbal et verbal. Sachez cependant dissociez les simple signes de manque de confiance du vrai mensonge. C’est un art subtil mais rapidement assimilable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire